martedì 14 gennaio 2020


CORRENTE ASCENSIONALE
da Castell'Umberto ad Avignone





Foto: Loredana Fiumara







Vincenzo Lo Iacono, nasce a Castell’Umberto, nella provincia di Messina ed abita in Francia, ad Avignone. 
Dalle sue raffinate "Ballads" traspare un  grande amore per Verga e Pirandello
Dopo l'incontro con il poeta Ignazio Buttitta e la cantautrice Rosa Balistreri, debutta come cantautore al Folkstudio di Roma dove si esibiscono Francesco De Gregori, Stefano Rosso, Mimmo Locasciulli, Edoardo De Angelis, Antonello Venditti.
Radio Kabouter – Novara –
Palasport Novara, con Roberto Vecchioni

Recital nei locali storici dei Navigli e Brera a Milano con il fratello gemello Giuseppe Lo Iacono.

Vince insieme a Giuseppe Lo Iacono,  il premio « Assemblaggio per la Canzone d’Autore » a Spoleto, (Teatro Caio Melisso). 

L’Umanitaria di Milano gli conferisce il “Premio d’Autore” per le sue canzoni in vernacolo siciliano.

Il suo primo album “Attraverso la vita” è pubblicato da Ca’ Bianca. 
Il secondo « Siciliana », Ca’ Bianca,  distribuzione  R.T.I. Music
Il terzo album "Fragmenta Animae per Laura " con Pierre Benichou - Produzione : "La Giornata Particulière."

CD Singolo – Castania 1865 -  Castell’Umberto 2015 
Castanisedda, con Vincenzo Fonti al mandolino
Produzione : La Giornata Particulière  

È ospite in diversi programmi radiotelevisivi Rai. 
Milano 2000 con Michele Luigi Straniero - RAI 3

Collabora con la poetessa russa Evelina Schatz.
Ca’ Bianca Club di Milano.

Partecipa insieme a Carmen Consoli e Vinicio Capossela all’ Isola in Collina, « Club Tenco » a Ricaldone (AL) (Manifestazione musicale in ricordo di Luigi Tenco , nel paese dove il cantautore ha vissuto e cresciuto).

 Cose di Amilcare, Club Tenco. 

Italia Bella – Opéra Théâtre d’Avignon con Giuseppe Salis al violoncello.

Museo  Francesco Petrarca di Fontaine de Vaucluse con Pierre Benichou e  Corrado Belluomo Anello.
Le Piccole Meraviglie  di Lucca (con Aldo Rapè) e La Stanza dello Scirocco di Caltanissetta (con Aldo Rapè) , sono « Teatro » del suo originale e suggestivo Recital «  Fragmenta Animae per Laura ». 

Convegno su casa Petrarca a Linterno, CSA Petrarca, Touring Club Italiano Milano.

CuoreNero di Aldo Rapè, con Alessandra Ristuccia, Roberto Barni, Fabio Melilli, Marco Pluchino. (Centro Abbate Caltanissetta).

Festival Avignon OFF
Festival Avignon IF
Délirium, Avignon 
Arte TV – France – 
Nuit Européenne des Musées – Radio France -  
La Mirande, Avignon 

Teatro Golovine e Rouge Gorge (Avignon) con Pippo Pollina, Michele Ascolese, Roberto Petroli.

Museo  Louis Vouland (Avignon), con  Jacques Mancuso. 
Théâtre des Halles (Avignon), con Alain Timár. 
Théâtre de l’Oulle (Avignon) con Pierre Blumberg nel Recital « Pasolini, Roma).

Nell' Album "Ognunu avi ‘nsegretu"  delle Malmaritate, gruppo prodotto dalla « Cantatessa » Carmen Consoli, per la Narciso Records,  Vincenzo Lo Iacono collabora come autore/compositore del brano : “Arrivaru i cammisi”.

Carmina Solis, Album « via piave 32  »  ‘ Arrivàru i cammìsi ‘

Massimo Ferrante, Album Populaj Kantoj ‘Arrivàru i cammìsi ‘.
Album Corrente Ascensionale, «Da Castell’Umberto ad Avignone, produzione La Giornata Particulière, con la collaborazione musicale di Jean-Sébastien Bressy».  




______________________________________________________________________________________________________________



Vincenzo Lo Iacono est né à  Castell’Umberto, dans la province de Messine. Il habite en France, à Avignon.Au travers de ses « ballades » raffinées transparaît un grand amour pour Verga et Pirandello.
Après sa rencontre avec le poète  Ignazio Buttitta e l’interprète-compositeure  Rosa Balistreri, il débute sa carrière d’auteur-compositeur au Folkstudio de  Roma où se produisent  Francesco De Gregori, Stefano Rosso, Mimmo Locasciulli, Edoardo De Angelis, Antonello Venditti.

Radio Kabouter – Novara –
Palasport Novara, avec  Roberto Vecchioni

Recitals aux Navigli et à Brera, lieux historiques de Milan, avec son frère jumeau Giuseppe Lo Iacono.

Il remporte, avec Giuseppe Lo Iacono, le prix « Assemblaggio per la Canzone d’Autore » à Spoleto, (Théâtre Caio Melisso). 

L’Umanitaria de Milano lui attribue le “Premio d’Autore” pour ses chansons en sicilien vernaculaire.

Son premier album “Attraverso la vita” est produit par Ca’ Bianca. 
Son second album,  « Siciliana », Ca’ Bianca,  est distribué par  R.T.I. Music
Son troisième  album, en collaboration avec Pierre Benichou s’intitule "Fragmenta Animae per Laura " - Production : "La Giornata Particulière."

CD Single – Castania 1865 -  Castell’Umberto 2015 
Castanisedda, avec Vincenzo Fonti à la mandoline
Production : La Giornata Particulière  



Il est l’invité de plusieurs programmes radiotélévisés de la Rai. 
Milano 2000 avec Michele Luigi Straniero - RAI 3

Il collabore avec la poétesse russe Evelina Schatz.
Ca’ Bianca Club de Milan.

Il participe, avec Carmen Consoli et Vinicio Capossela à l’ Isola in Collina, "Club Tenco" à Ricaldone (AL) (manifestation musicale en hommage à Luigi Tenco , dans le village où le chanteur a grandi et vécu).

Cose di Amilcare, Club Tenco.

Italia Bella – Opéra Théâtre d’Avignon avec Giuseppe Salis au violoncelle.
Musée  François Pétrarque de Fontaine de Vaucluse avec Pierre Benichou et  Corrado Belluomo Anello.
Les Piccole Meraviglie de Lucca (avec Aldo Rapè) et La Stanza dello Scirocco de Caltanissetta (avec Aldo Rapè) , sont le « théâtre »  de son Récital original et suggestif «  Fragmenta Animae per Laura ». 

Congrès sur casa Petrarca à Linterno, CSA Petrarca, Touring Club Italiano, Milan.

Cuore Nero de Aldo Rapè, avec Alessandra Ristuccia, Roberto Barni, Fabio Melilli, Marco Pluchino. (Centre Abbate Caltanissetta).

Festival Avignon OFF
Festival Avignon IF
Délirium, Avignon 
Arte TV France  
Nuit Européenne des Musées – Radio France -  

La Mirande, Avignon 

Théâtre Golovine et Rouge Gorge (Avignon) avec Pippo Pollina, Michele Ascolese, Roberto Petroli.

Musée Louis Vouland (Avignon), avec  Jacques Mancuso. 
Théâtre des Halles (Avignon), avec Alain Timár. 
Théâtre de l’Oulle (Avignon) avec Pierre Blumberg dans le Récital « Pasolini, Roma ».

Dans l’ Album "Ognunu avi ‘nsegretu"  des Malmaritate, groupe produit par la « Cantatessa » Carmen Consoli, pour Narciso Records, Vincenzo Lo Iacono collabore en tant  auteur-compositeur du morceau : “Arrivaru i cammìsi”.

Carmina Solis, Album « via piave 32  »  ‘ Arrivàru i cammìsi ‘

Massimo Ferrante, Album Populaj Kantoj ‘Arrivàru i cammìsi ‘

Album « Corrente Ascensionale » cd produit par La Giornata Particulière, Avignon, avec la collaboration musicale de Jean-Sébastien Bressy.

---------------------------------------------------
CORRENTE ASCENSIONALE 
Da Castell’Umberto ad Avignone
Album CD 2020



n. 1 - VOI CH’ASCOLTATE
Testo : F. Petrarca – Musica : V. Lo Iacono

Voi ch’ascoltate in rime sparse il suono
di quei sospiri ond’io nudriva ’l core
in sul mio primo giovenile errore
quand’era in parte altr’uom da quel ch’i’ sono :

del vario stile in ch’io piango et ragiono,
fra le vane speranze e ’l van dolore,
ove sia chi per prova intenda amore,
spero trovar pietà,  nonché perdono.

Ma ben veggio or sí come al popol tutto
favola fui gran tempo, onde sovente
di me medesmo meco mi vergogno ;

et del mio vaneggiar vergogna è ’l frutto,
e ’l pentersi, e ’l conoscer chiaramente
che quanto piace al mondo è breve sogno.




n. 1 -  O VOUS QUI ÉCOUTEZ
François Pétrarque
 (Traduction : Joseph Poulenc, 1865)

O vous qui dans mes vers écoutez la cadence
Des soupirs qui servaient à mon cœur d'aliment
Lors des premiers assauts de mon enivrement,
Quand ma jeunesse était dans sa toute-puissance;

J'espère bien trouver la pitié, l'indulgence,
Près de celui qui sent son propre cœur aimant,
Si dans l'espoir j'essaie, et le plus vain tourment,
Tant de styles divers en pleurs, en éloquence.

Mais je ne vois que trop combien au peuple entier
J'ai servi bien longtemps de fable et de risée,
Et souvent je rougis de ma lutte insensée.


J'ai donc, pour tout profit de mon long rêve altier,
Le repentir, la honte, et je vois sans mystère
Que ce qui plaît au monde est un songe éphémère.


 n. 2 - SE MAI FOCO
Testo : F. Petrarca – Musica : V. Lo Iacono

Se mai foco per foco non si spense,
né fiume fu già mai secco per pioggia,
ma sempre l’un per l’altro simil poggia,
et spesso l’un contrario l’altro accense,

Amor,  tu che’ pensier’ nostri dispense,
al qual un’alma in duo corpi s’appoggia,
perché fai in lei con disusata foggia
men per molto voler le voglie intense ?

Forse sí come ’l Nil d’alto caggendo,
col gran suono i vicin’ d’intorno assorda,
e ’l sole abbaglia chi ben fiso ’l guarda,

cosí ’l  desio che seco non s’accorda,
ne lo sfrenato obiecto vien perdendo,
et per troppo spronar la fuga è tarda.



 n. 2 - SI JAMAIS LE FEU
François Pétrarque
(Trad : Joseph Poulenc, 1865)

Si d'éteindre le feu le feu n'a la puissance,

Si jamais par la pluie un fleuve ne décroît,

Mais, des deux réunis, croître l'ensemble on voit,
Si par l'opposé croît du feu la violence;

Amour, qui nos pensers tiens sous ta dépendance,
Dont une âme en deux corps l'existence reçoit;
En elle d'où vient donc, contre ce qui se doit,
Que par l'excès tu rends le désir moins intense ?

De même que le Nil, des chutes par le bruit,
Des peuples d'alentour étourdit les oreilles,
Et tel que le soleil, qui le fixe éblouit,

Ainsi donc mes désirs, voulant faire merveilles,
Sont bientôt épuisés, étant trop violents,

Et par trop stimulés leurs pas deviennent lents.




 n. 2 -  SI JAMAIS LE FEU
François Pétrarque
(Traduction : Jacques Mancuso)

Si jamais il n’advient que le feu éteigne le feu,
Et que jamais la pluie ne tarisse le fleuve,
Mais que toujours les semblables s’augmentent,
Et même qu’un contraire accroisse l’autre,

Amour, toi qui nourris nos pensées,
Toi sur qui une âme en deux corps se dresse,
Pourquoi fais-tu dans cette âme l’exception
De grands vouloirs croissants que le vouloir éteint ?

Comme peut-être le fracas du Nil dans sa chute,
Qui assourdit les rumeurs alentour,
Et comme le soleil éblouit qui veut le fixer,

Ainsi fait le désir qui ne s’accorde pas à soi-même,
Il perd son élan dans son objet fuyant,
Puis à trop se précipiter après lui, on perd le temps qu’il faudrait pour fuir.

-------------------------------------------------------------------------------------------------

n. 3 - ARRIVÀRU I CAMMÌSI
Testo e Musica : V. Lo Iacono

Arrivàru i cammìsi
e manciàmu brudàgghia
n’arrivàru un munzèddu
accavàddu a nu scèccu
senza frènu e ne pàgghia
e strincèru e Bruntìsi
còmmu un fèrru a tinàgghia
spurtusàru i vudèdda
d’un pòviru crìstu
’ntà sta terra bastàrda
’ntà sta terra bastàrda

Arrivàru i cammìsi
e ghiuttèmu sputàzza
Cu di pànzi a purcèddu
scannàru n’agnèddu
e su manciàru ’ntà chiàzza
No lassàru na scàgghia
di sta tèrra sarvàggia
si futtèru un paìsi
e ziccàru i Bruntìsi
tutti dìntra a na jàrgia
tutti dìntra a na jàrgia

Arrivàru i cammìsi
e stu càudu non passa
sti fitènti lassàru
ogni casa na crùci
e nun  fètu i pisciàzza
Sùnnu tutti o castèddu
abbraccèttu e Barùna
cùlu càusi e cammìsi
cunsumàru un paìsi
e ni mìsiru a gnùna, e,
e ni mìsiru a gnùna
e ni mìsiru a gnùna

Arrivàru i cammìsi
mèntri a fàmi ni mància
ammulàmu i cutèddi
e chiappàmu i rastèddi
fracassàmuci a pànza
Sùnnu chìni i Barùna,
chìni finu e cugghiùna
e ristàru i Bruntìsi
senza càusi e cammìsi
mmalidìtti cammìsi
mmalidìtti cammìsi

Arrivàru i cammìsi
e stu sangu no stàgghia
aiutàtinni Diu
a stutàri stu fòcu
e firmàti sta ràggia
Nn’affucàmu ’ntò vinu
p’asciucàri u dulùri
mmalidìtti cammìsi
spugghiàru un paìsi
e ora fànnu i patrùna
e ora fànnu i patrùna

Tèrra rùssa sciaccàta
arrustùta du sùli
quantu figghi ammazzàru
e ’ntò munnizzàru
cèntu tèsti jittàru
Castigàtili Diu
sti fitènti cammìsi
’ntà sta terra spunnàta
abbruciàta du suli
no ni làssunu ’npàci, no,
no ni làssunu ’npàci.

_________________________________________________________________________________________________


n. 3 - ARRIVÀRU I CAMMÌSI
Testo e Musica : V. Lo Iacono
(Trad. : L. Fiumara – M. Fratantoni – V. Lo Iacono)

Sono arrivate le camicie*
E noi* mangiamo avanzi di cibo
Ne sono arrivate un mucchio
Cavalcando degli asini
Senza freno e senza biada
Hanno imprigionato  i Brontèsi*
In una morsa di ferro
E con le loro armi  hanno sbudellato
Un povero disgraziato
In  questa terra bastarda

Sono arrivate le camicie
E noi ingoiamo la nostra salìva
Con le lore  pance da maiali
Hanno sgozzato un agnello
E lo hanno divorato nella piazza del paese
Non hanno risparmiato
Neanche una briciola
Di questa  nostra terra selvaggia
Hanno derubato un’intero paese
Hanno rinchiuso i Brontèsi
Tutti dentro una gabbia

Sono arrivate le camicie
Con questo caldo incessante
Questi disonesti
Hanno causato
In ogni casa un supplìzio
E lasciato un fetóre di urina
Ora sono tutti al Castello
A braccetto ai Baroni
Culo e camicia
Hanno depredato l’intero paese
E ci hanno messi da parte

Sono arrivate le camicie
Mentre noi stiamo morendo di fame
Affiliamo i coltelli
Armiamoci coi forconi
Sventriamo le loro pance
Sono appagati adesso i Baroni
Ingozzati e strapieni
Fin dentro ai  loro coglioni
Avete spogliato di tutto
Gli abitanti di Bronte
Maledette camicie
Maledette camicie

Sono arrivate le camicie
È un continuo massacro di sangue
Dio aiutaci
Fai cessare questa carneficina
Fai arrestare questa rabbia
Noi affoghiamo nel vino
Per non sentir dolore
Maledette camicie
Hanno saccheggiato un’intero paese
Hanno preso loro il comando

Terra rossa, spaccata
E bruciata dal sole
Tanti tuoi figli sono stati uccisi
E le loro teste
Gettate in un letamaio
Dio punisci
Le ignobili camicie
Aiutaci  a ritrovar la pace
In questa terra violentata
E arrostita dal sole

*1 I Garibaldini
*2 I contadini
*3 Gli abitanti di Bronte


 n. 3 - ARRIVÀRU I CAMMÌSI
(Auteur Compositeur: Vincenzo Lo Iacono)
(Traduction: Jacques Mancuso)

Les chemises rouges* sont arrivées
Et nous, nous mangeons les restes
En est arrivé tout un tas
Chevauchant sur des ânes
Sans mors et sans avoine

Ils ont broyé les habitants de Bronte*
Dans des mâchoires de fer
Et avec leurs armes ils ont éviscéré
Un simplet vagabond
Sur cette terre bâtarde

Elles sont arrivées, les chemises
Et nous ont fait ravaler notre salive
Avec leurs ventres de porcs
Elles ont égorgé un agneau
Et l’ont dévoré sur la place du village
Elles n’ont rien épargné
Pas même une miette
De cette terre sauvage
Elles ont rançonné tout le pays
Elles ont enfermé les Brontais
Tous dans une cage

Elles sont arrivées les chemises
Dans ce brasier inextinguible
Ces truands
Ils ont semé
Dans chaque maison un supplice
Et chargé l’air de leur urine fétide
Ils sont maintenant tous au château
Bras dessus, bras dessous avec les barons
Cul et chemise
Ils ont dépossédé l’ensemble du pays
Et ont fait leur magot

 Elles sont arrivées les chemises
Pendant que nous crevons de faim
Affûtons les couteaux
Armons-nous de fourches
Et ouvrons-leur la panse
Les barons sont maintenant satisfaits
Rassasiés et repus
Jusque dans leurs couillons
Vous avez dépouillé de tout
Les habitants de Bronte
Maudites chemises
Maudites chemises

Elles sont arrivées les chemises
C’est un long bain de sang
Dieu, viens-nous en aide
Fais cesser ce carnage
Mets fin à cette rage
Nous nous noyons dans le vin
Pour ne pas ressentir la douleur
Maudites chemises
Elles ont saccagé une contrée entière
Qu’elles ont mise sous leur coupe
Terre rouge, craquelée
Et brûlée par le soleil

Tant de tes fils ont été tués
Et leurs têtes
Jetées dans le purin
Dieu, punis
Les infâmes chemises
Aide-nous à retrouver la paix
Sur cette terre violée
Et roussie par le soleil.

·      Les troupes de  G. Garibaldi
·      Ville de Sicile



 n. 4 - FIGGHIA ZUCCARÀTA
Testo e Musica : V. Lo Iacono

Dòrmi dòrmi figghia zuccaràta
rèsta ’ncucciunàta ’ncòddu a mmè
chi dumàni fàzzu a pignulàta
e un piàttu è tùttu pì te

Dòrmi dòrmi armùzza di li Sànti
non ’ntalluntanàri mai di ccà
chi stù mùnnu è chinu di birbànti
jò ti vègnu apprèssu unni va’

Dòrmi dòrmi figghia zuccaràta
non ti spiccicàri mai di me
chi dumàni nèsci a Mmaculàta
sta Madònna russumìgghia a te

O nìnna nìnna, nìni nìni, nànna nìnni, nànna, o
O nìnna nìnna, nìni nìni, nànna nìnni, nànna, o

Dòrmi dòrmi a màmma o n’àvi abbèntu
si non tòrna u pàtri pi stavè
Quàntu è dùci stù nasìttu bèddu
chi cchiù bèddu nàsu non ci nn'è

Figghia zuccaràta ’ntà stu lettu
còmmu a n' aciddìttu apprèssu a mmè
dòrmi dòrmi e bivi ’ntò me pèttu
nìni nìni,  nànna nìnni, nànna, o

O nìnna nìnna, nìni nìni, nànna nìnni, nànna, o
O nìnna nìnna, nìni nìni, nànna nìnni, nànna, o
O nìnna nìnna, nìni nìni, nànna nìnni, nànna, o


 n. 4 - FIGGHIA  ZUCCARÀTA
Testo e Musica : V. Lo Iacono
(Trad. : L. Fiumara – M. Fratantoni – V. Lo Iacono)

Dormi dormi bimba mia dolcissima
Resta accoccolata tra le mie braccia
Domani farò la pignolata
E un piatto sarà tutto per te

Dormi dormi piccola anima mia dei santi
Non allontanarti mai da me
Questo mondo è pieno di birbanti
Io ti seguirò ovùnque andrai

Dormi dormi bimba mia dolcissima
Non separarti mai da me
Domani ci sarà la processione dell’Immacolata
Questa Madonna somiglia proprio a te

O ninna ninna, nini nini, nanna ninni, nanna o
O ninna ninna, nini nini, nanna ninni, nanna o

Dormi dormi la mamma non avrà pace
Finchè non ritornerà tuo padre
Com’è dolce il tuo nasino bello
Non esiste al mondo, un nasino più bello del tuo

Bimba mia dolcissima nel mio letto
Come un’uccellino appresso a me
Dormi dormi e bevi dal mio seno
Nini nini, nanna ninni, nanna o

O ninna ninna, nini nini, nanna ninni, nanna o
O ninna ninna, nini nini, nanna ninni, nanna o
O ninna ninna, nini nini, nanna ninni, nanna o


 n. 4 - FÌGGHIA  ZUCCARÀTA
(Auteur Compositeur : Vincenzo Lo Iacono)
(Traduction : Patricia Chiavacci)

Dors, dors ma douce enfant
Reste enlacée entre mes bras
Demain je te ferai des petits gâteaux
Et il y en aura une assiette rien que pour toi

Dors, dors ma petite âme des saints
Ne pars jamais loin de moi
Ce monde est plein de coquins
Je te suivrai où que tu ailles

Dors, dors ma douce enfant
Ne te sépare jamais de moi
Demain il y aura la procession de l’Immaculée
Cette Madone qui te ressemble, à toi

O ninna ninna, nini nini, nanna ninni, nanna o
O ninna ninna, nini nini, nanna ninni, nanna o

Dors, dors maman ne sera pas tranquille
Tant  que papa ne sera pas rentré à la maison
Comme ton petit nez est beau
Ce petit nez est le plus beau au monde

Mon enfant si douce dans mon lit
Comme un oisillon à mes côtés
Dors, dors et bois à mon sein
Nini nini, nanna ninni, nanna o

O ninna ninna, nini nini, nanna ninni, nanna o
O ninna ninna, nini nini, nanna ninni, nanna o
O ninna ninna, nini nini, nanna ninni, nanna o


 n. 5 - PRINCIPÌNU I MALARRÀZZA
Testo : P. Pullella – V. Lo Iacono
Musica : V. Lo Iacono

E c’èra na vòta un gran castèddu
c’èra un principìnu tàntu bèddu chi
chi si rattàva i bàddi tùttu u jòrnu

E mèntri la gènti travagghiàva
fìnu a quànnu u sùli si stutàva
stu, gran  pèzzu di fitùsu sa scialàva

E no,  jò non ta dùgnu ’nte to bràzza
o principìnu i malarràzza
l’armùzza dùci di l’amùri me
No non mi ziccàri stu cutèddu
o gran fitùsu gran purcèdddu
mi sta pirciànnu u còri e l’ànima

E no, non ma tuccàri sta figghìtta
jò ma tinèva accòssi strìtta
st’armùzza dùci di l’amùri me
e si, si tu mi zìcchi stu cutèdddu
e si ta pòrti o to castèddu
a còrpa di cittùna la difènnu

Je’ no o principìnu i malarràzza
ti pìgghiu a pùgna sta facciàzza
mi sta sciancànnu u còri e l’ànima
E allùra, allùra è mègghiu chi a finìsci
non c’è cchiù  càrni e non c’è pìsci
ni làssi ’npàci e ora  t’addurmìsci

E c’èra na vòta un gran castèddu
c’èra un principìnu tàntu bèddu chi
chi si rattàva i bàddi tùttu u jòrnu

E mèntri la gènti travagghiàva
fìnu a quànnu u sùli si stutàva
stu, gran  pèzzu di fitùsu sa scialàva….


 n. 5 - PRINCIPÌNU I MALARRÀZZA
(Auteur : P. Pullella – V. Lo Iacono)
(Compositeur : Vincenzo Lo Iacono)
Traduction : Patricia Chiavacci

Il était une fois un grand château
Il y avait un petit prince très beau
Qui s’amusait tous les jours

Alors que le peuple travaillait
Du matin jusqu’au soir
Ce dépravé faisait la fête

Et non petit prince débauché
Je ne te permettrai pas d’attraper
Une âme candide
No, ne m’enfonce pas ce couteau
Porc dégénéré
Ne me transperce pas le cœur

Et no, tu n’effleureras pas ma bien-aimée
Que j’ai toujours protégée et gardée à mes côtés
Avec un amour si doux
Et si tu essayais de me la prendre
J’irais jusqu’à ton château
Et je la défendrais à coups de hache

Et no, petit prince débauché
Je couvrirai ton visage effronté de coups
Tu me déchires le cœur, l’âme
Et alors, et alors il vaut mieux que tu t’arrêtes
Tu ne peux plus rien faire
Laisse-nous en paix, pars et va dormir

Il était une fois un grand château
Il y avait un petit prince très beau
Qui s’amusait tous les jours

Alors que le peuple travaillait
Du matin jusqu’au soir
Ce dépravé faisait la fête

-------------------------------------------------------------------------------------------------

 n. 5 - PRINCIPÌNU I MALARRÀZZA
Testo : P. Pullella – V. Lo Iacono
Musica : V. Lo Iacono
(Trad. : L. Fiumara – M. Fratantoni – V. Lo Iacono – P. Pullella

C’era una volta un gran castello
C’era un Principino molto bello
Che si trastullava tutti i giorni

Mentre i popolani lavoravano
Da mattino a sera
Questo depravato se la spassava

E no, Principino di mala razza
Non ti permetterò di agguantare
Un’anima candida
No, non conficcarmi un coltello
Porco degenerato
Non traffiggermi il cuore

E no, non sfiorerai la mia adorata
Che ho sempre protetto e stretto a me
Con dolcissimo amore
E se tu provassi a portarmela via
Verrei al tuo castello
E la difenderei a colpi d’accetta

E no, Principino di mala razza
Prenderò a pugni la tua sfrontata faccia
Mi stai lacerando il cuore, l’anima

E allora, e allora sarà meglio che tu la smetta
Non ti rimane altro da fare
Lasciaci in pace, vattene a dormire

C’era una volta un gran castello
C’era un Principino molto bello
Che si trastullava tutti i giorni


Mentre i popolani lavoravano
Da mattino a sera
Questo depravato se la spassava     





 n. 6 - MINATÙRI
Testo e Musica : V. Lo Iacono

Minatùri
’ntà ll’òssa di sta tèrra adduluràta
dìntra a st'unfèrnu pi na scòrcia i pàni
sa rusicàssiru li càni
sa rusicàssiru li càni

Minatùri
jàvi la fàcci nìura còmmu a pìci
’ntò vèntri i sta muntàgna spurtusàta
e cu li càusi arrupizzàti
jàvi li spàddi chìni di dulùri
ad ogni mòrti di lu sùli
c’è scùru fìttu
dìntra a stu vaddùni

Minatùri
si tu putìssi siminàri o vèntu
ma non c’è nùddu, nùddu a t’ascutàri
e non c’è ’nnènti ùnni appujàri
sta tèsta chìna di pinzèri amàri

Minatùri
jò sèntu di luntànu u to’ lamèntu
’ntà l’òssa di sta tèrra adduluràta
e sùlu pi na crùsta i pàni
ci la jittàssiru a li càni

Minatùri
u tèmpu pàssa e tu si carciràtu
pòviru e pàzzu
e sèmpri cchiù arraggiàtu
e còmmu un mùlu vastuniàtu
’nghiùtti ’nvacàntu e rèsti sènza sciàtu


Minatùri
si tu putìssi siminàri o vèntu
ma non c’è nùddu nùddu a t’ascutàri
e non c’è ’nnènti ùnni appujàri
sta tèsta chìna di pinzèri amàri

Minaturi
jò sèntu di luntànu u to’  lamèntu
’ntà l’òssa di sta tèrra adduluràta
e sùlu pi na crùsta i pàni
ci la jittàssiru a li càni
ci la jittàssiru a li càni

Minatùri
’ntà l’òssa di sta tèrra adduluràta





 n. 6 - MINATÙRI
Testo e Musica : V. Lo Iacono
(Trad. : L. Fiumara – M. Fratantoni – V. Lo Iacono)

Minatore
Nelle ossa di una terra sconsolata
Recluso all’inferno
Solo per una crosta di pane
Che la rosicchiassero i cani

Minatore
Ha il viso nero come la pece
Nel ventre di una montagna sventrata
Coi  pantaloni rattoppati
E le spalle indolenzite
Fino al tramontar del sole
Nel buio pesto della vallata



Minatore
Meglio esser contadino
E seminare al vento
Non c’è nessuno ad ascoltarti
E niente potrà confortare
La tua  mente piena di pensieri amari

Minatore
Io sento da lontano il tuo lamento
Nelle ossa di una terra sconsolata
Solo per una crosta di pane
La dessero in pasto ai cani

Minatore
Il tempo passa e tu sei prigioniero
Povero, pazzo
Sempre più arrabbiato
Come un povero mulo bastonato
Sopporti tutto,  resti senza fiato

Minatore
Meglio esser contadino
E seminare al vento
Non c’è nessuno ad ascoltarti
E niente potrà confortare
La tua mente piena di pensieri amari

Minatore
Io sento da lontano il tuo lamento
Nelle ossa di una terra sconsolata
Solo per una crosta di pane
La dessero in pasto ai cani


 n. 6 - MINATÙRI
Auteur Compositeur : Vincenzo Lo Iacono
(Traduction : Patricia Chiavacci)

Mineur
Dans les os d’une terre inconsolable
Reclus dans un enfer
Pour un seul croûton de pain
Que les chiens le rongent

Mineur
Ton visage est noir comme la poix
Dans le ventre d’une montagne éventrée
Avec ton pantalon rapiécé
Et tes épaules endolories
Jusqu’au coucher du soleil
Dans la nuit noire de la vallée

Mineur
Il vaut mieux être paysan
Et semer au vent
Il n’y a personne pour t’écouter
Et rien ne pourra réconforter
Ton esprit rempli d’amères pensées

Mineur
J’entends au loin tes plaintes
Dans les os d’une terre inconsolable
Pour un seul croûton de pain
Qu’on le donne à manger aux chiens

Mineur
Le temps passe et toi tu restes prisonnier
Pauvre, fou
Toujours plus en colère
Comme une pauvre mule battue
Tu supportes tout, tu t’essouffles

Mineur
Il vaut mieux être paysan
Et semer au vent
Il n’y a personne pour t’écouter
Et rien ne pourra réconforter
Ton esprit rempli d’amères pensées

Mineur
J’entends au loin tes plaintes
Dans les os d’une terre inconsolable
Pour un seul croûton de pain
Qu’on le donne à manger aux chiens




 n. 7 - S’IO CREDESSE
Testo : F. Petrarca – Musica : V. Lo Iacono

S’io credesse per morte essere scarco
del pensiero amoroso che m’atterra,
colle mie mani avrei già posto in terra
queste mie membra noiose, et quello incarco ;

ma perch’io temo che sarrebbe un varco
di pianto in pianto, et d’una in altra guerra,
di qua dal passo anchor che mi si serra
mezzo rimango, lasso, et mezzo il varco.

Tempo ben fôra omai d’avere spinto
l’ultimo stral la dispietata corda
ne l’altrui sangue già bagnato et tinto ;

et io ne prego Amore, et quella sorda
che mi lassò de’ suoi color depinto,
et di chiamarmi a sé non le ricorda.





 n. 7 - SI JE CROYAIS
François Pétrarque
(Traduction : Joseph Poulenc, 1865)

Si mes jours seulement je savais qu'il m'en coûte
Pour bannir le penser amoureux et rongeur;
Ces membres ennuyeux de si peu de valeur,
J'aurais déjà jeté de mes mains sur ma route;

Mais comme tellement je crains et je redoute
Qu'à la guerre et qu'aux pleurs succèdent guerre et pleur.
Malgré moi je persiste à vivre de douleur,
Et si je dois mourir ou vivre encor je doute.

Il me semble il est temps qu'elle ait bientôt éteints
Ses dards jusqu'au dernier, cette corde barbare,
Que d'autrui dans le sang elle a baignés et teints,

Et l'Amour j'en supplie, et cette sourde avare,
Qui sur mon front a su sa pâleur étaler,
Que tarde-t-elle donc près d'elle à m'appeler?




 n. 8 - CASTANISÈDDA
Testo e Musica : V. Lo Iacono

Si sènti la vùci du vèntu
stanòtti arrivàri ccà
chi sciùscia e accarìzza stù màri
poi tràsi e si bàgna d’amùri

Jò sèntu abbulàri ’ntò vèntu
a to vùci vèrsu unni me
e nnènti mi pòti bastàri
e ora jò vògghiu turnàri

Castanisèdda tu
e trallallèru, là
tu Castanisèdda
d’amùri murìri mi fa’

Castanisèdda tu
e trallallèru, là
tu Castanisèdda
d’amùri pazziàri mi fa’

Si sènti la vùci du vèntu
stanòtti acchianàri ccà
chi sciùscia e accarìzza stù mari
e u còri  mi trèma d’amùri

Jò sèntu abbramàri ’ntò vèntu
a to vùci vèrsu unni me
e nnènti mi pòti bastàri
e ora jò vògghiu ristàri

Castanisèdda tu
e trallallèru, là
tu Castanisèdda
d’amuri murìri mi fa’

Castanisèdda tu
e trallallèru, là
tu Castanisèdda
d’amùri pazziàri mi fa’
pazziàri mi fa’
pazziàri mi




 n. 8 - CASTANISÈDDA
Testo e Musica : Vincenzo Lo Iacono
(Trad. : L. Fiumara – M. Fratantoni – V. Lo Iacono)

Ascolto la voce del vento
Stanotte arrivar fin qui
Soffia e accarezza questo mare
Entra e si bagna d’amore

Sento volare nel vento
La tua voce verso me
E nulla potrà bastarmi
Ora io voglio ricominciare

Castanisedda tu
E trallalleru là
Tu Castanisedda
Mi farai morir d’amore

Castanisedda tu
E trallalleru là
Tu Castanisedda
Mi farai impazzir d’amore

Ascolto la voce del vento
Stanotte salir  fin qui
Soffia e accarezza questo mare
E il cuore mi trema d’amore

Castanisedda tu
E trallalleru là
Tu Castanisedda
Mi farai morir d’amore

Castanisedda tu
E trallalleru là
Tu Castanisedda
Mi farai impazzir d’amore

____________________________________________________________________________________________


 n. 8 - CASTANISÈDDA
Auteur Compositeur : Vincenzo Lo Iacono
(Traduction : Patricia Chiavacci)

J’écoute la voix du vent
Qui arrive jusqu’ici cette nuit
Il souffle et caresse cette mer
Il entre et s’immerge dans l’amour

J’entends voler avec le vent
Ta voix vers moi
Et plus rien ne pourra me suffire
Désormais je veux rentrer

Castanisedda toi
et trallalleru là
Toi Castanisedda
Tu me feras mourir d’amour

Castanisedda toi
et trallalleru là
Toi Castanisedda
Tu me feras devenir fou d’amour

J’écoute la voix du vent
Cette nuit monter jusqu’ici
Il souffle et caresse cette mer
Et mon cœur tremble d’amour
Castanisedda toi
Et trallalleru là
Toi Castanisedda
Tu me feras mourir d’amour

Castanisedda toi
Et trallalleru là
Toi Castanisedda
Tu me feras devenir fou d’amour

----------------------------------------------------------------------